FREQUENCEPLUS.INFO

Écoutez Fréquence Plus pour rester informés.
Toute l'équipe de la rédaction se mobilise avec vous, pour vous informer sur le coronavirus COVID-19 dans la région.

Réécoutez l'info

L'Info Plus Région

Ecoutez le dernier flash

Retrouvez les flashes infos de votre région à tout moment sur votre pc, tablette ou smartphone ...

Les dernières actus

  • publié le
    Dans le contexte de la situation sanitaire actuelle, La Poste se recentre sur ses missions essentielles au service de la population. La Poste se mobilise en maintenant notamment l’ouverture de 18 bureaux de poste en Franche-Comté dont 5 dans le Jura:
    - CHAMPAGNOLE (ouvert de 9h à 12h et de 13h30 à 16h)
    - CLAIRVAUX-LES-LACS (ouvert de 13h30 à 16h)
    - LONS-LE-SAUNIER BRIAND (ouvert de 10h à 12h et de 14h à 17h15)
    - SAINT-CLAUDE REYBERT (ouvert de 9h à 12h et de 13h30 à 17h)
    - TAVAUX (ouvert de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30)

    La Poste tient à rappeler que les déplacements en bureaux ne doivent être faits que s’ils sont strictement nécessaires et que le strict respect des mesures barrières nécessaires à la protection des chargés de clientèle et des clients conditionne chaque jour l’ouverture effective de chacun des 1 600 bureaux sur l’ensemble du territoire.

    Pour éviter l’engorgement des lettres recommandées et colis en attente de retrait dans les bureaux de poste, les dispositions suivantes ont été prises :
    - Concernant Colissimo, la suspension temporaire de l’offre Relais en bureau de poste
    - Concernant Chronopost, 2ème présentation systématique de tous les colis en
    distribution, ouverture du réseau des relais (Pick-up) pour les Chronopost
    Par ailleurs, les lettres recommandées et colis conservés dans les bureaux de poste fermés seront disponibles pendant 15 jours à la réouverture du bureau concerné.

    RDV sur le site www.laposte.fr pour retrouver en temps réel la liste des bureaux ouverts et leurs horaires d’ouverture.
  • publié le
    Outre les déplacements professionnels, les déplacements pour effectuer des achats de première nécessité comme les produits alimentaires sont autorisés.
    C'est dans ce cadre que sont examinées les demandes de dérogation exceptionnelle qui peuvent être accordées par arrêté préfectoral pour des marchés alimentaires.
    Ces marchés, permettant à des professionnels et des producteurs locaux de maintenir une activité économique et d'approvisionner en produits locaux, répondent obligatoirement à des critères de sécurité des vendeurs comme des clients, notamment :
    - autorisation d'étals de produits alimentaires uniquement,
    - espacement entre les étals de plusieurs mètres ;
    - distance d'au moins 1 mètre entre les clients pour l'attente aux étals, lors de leur circulation entre les étals ;
    - information sur les gestes barrières.

    A la date du 26 mars, les dérogations suivantes ont été accordées:
    •arrondissement d'Autun : Epinac, Marigny
    •arrondissement de Chalon-sur-Saône : Fontaines, Fragnes-la-Loyère, Gercy, Givry, Sant-Marcel,Saint Martin-sous-Montaigu, Saint-Ambreuil, Saint-Rémy, Sennecey-le-Grand, Nanton ;
    •arrondissement de Louhans : Saint-Germain du Plan , Varennes-saint-Sauveur, La Chapelle Thècle,Romenay, Simandre, Bellevesvres, Mervans, Sornay, Saint Vincent en Bresse, Louhans, Pierre de Bresse, La Chapelle Saint Sauveur ;
    •arrondissement de Mâcon: Azé, Chapaize, Matour, Cruzille, Tournus, Tramayes, Leynes, Joncy,Dompierre-les-Ormes, Igé;
    •arrondissement de Charolles: Charolles, Saint-Yan.Les villes principales de Saône-et-Loire n'ont pas sollicité de dérogation.

    Ces différents marchés, de taille modeste avec une clientèle disciplinée, se tiennent sous le contrôle des maires et de ses équipes, qui s’engagent à faire respecter les conditions de sécurité.
    Les dérogations sont délivrées à titre précaire et pourront être retirées si les conditions de sécurité ne sont pas respectées.
  • publié le
    Le respect par tous des mesures de limitation des déplacements et des contacts comme des gestes barrières est essentiel à la lutte contre l’épidémie.

    Dans le contexte d’état d’urgence sanitaire, le non-respect des consignes en matière de déplacements peut en cas de récidive donner lieu à des amendes d’un montant plus élevés que l’amende de 135 euros, en cas de récidive: 1 500€ d’amende en cas de récidive dans les 15 jours, 3 750€ d’amende et peine de prison pouvant aller jusqu’à de 6 mois en cas de verbalisation à plus de trois reprises dans les 30 jours.
    Les gendarmes, les policiers de la police nationale et les policiers municipaux procèdent quotidiennement à des contrôles, les policiers municipaux pouvant dorénavant dresser les verbalisations correspondantes.
  • publié le
    En cette période de confinement, de journées intenses pour certains et très longues pour d’autres, le service formation de l’AMJ (Association des maires et des présidents d’intercommunalité du Jura) vous propose, afin de déconnecter l’espace d’une heure, de participer à une séance de respiration et bien être retransmise sur Internet.
    Stéphane Janssoone, formateur AMJ, animera cette séance gratuite,sur inscription,à visionner sur internet:
    Visionner en replay la séance de dimanche dernier,jusqu’à jeudi 18h :https://bit.ly/AMJBE1
    S’inscrire à la séance de dimanche 29 mars de 18h à 19h:https://bit.ly/AMJBE2
  • publié le
    A Salins-les-Bains, un groupe de 2 à 4 bénévoles (autorisé par le Préfecture) se porte volontaire pour aider les personnes qui auraient des difficultés pour aller faire des courses de première nécessité (personnes âgées ou en incapacités physiques de se déplacer).
    La Ville de Salins-les-Bains et son CCAS contribuent à cette démarche en facilitant la mise en réseau nécessaire à ce service.
    Les personnes qui ont ce besoin sont invitées à se faire connaître en contactant le CCAS par téléphone (03 84 73 22 68), ou par mél (ccas@mairie-salinslesbains.fr).
    Merci de préparer la liste précise des choses dont vous avez besoin étant précisé qu'il s'agit uniquement de courses alimentaires et de 1ère nécessité.

    Pour une bonne organisation, les clients doivent contacter le CCAS au plus tard le mardi midi pour les commandes pour SUPER U; au plus tard le mercredi midi pour les commandes pour ATAC.
    Pour les bénévoles : jeudi : livraison des courses préparées par ATAC; vendredi : livraison des courses préparées par SUPER U

    Les bénévoles prendront en charge les sacs préparés par les employés des magasins et les livreront au domicile de chaque bénéficiaire. Les paiements s'effectueront uniquement par chèque ou espèces.
    À réception des courses, chaque bénéficiaire remettra le moyen de paiement au livreur, qui les transmettra directement et immédiatement au supermarché concerné.
    Cette organisation est susceptible d’être adaptée selon les contraintes des uns et des autres.
  • publié le
    Le COVID-19 est responsable de 123 décès en établissements de santé en Bourgogne-Franche-Comté. Près de 400 personnes sont sorties d’hospitalisation et retournées à domicile.

    Les CHU de Besançon et Dijon participent à la recherche clinique autour du virus.
    Le suivi en temps réel des capacités hospitalières, de la logistique des équipements ou des
    difficultés que peuvent rencontrer les établissements médico-sociaux, est le quotidien de l’Agence
    Régionale de Santé et de l’ensemble des acteurs engagés dans la lutte contre la propagation du COVID-19 depuis le début de la crise sanitaire.
    123 décès sont désormais à déplorer en Bourgogne-Franche-Comté, 619 personnes sont hospitalisées, dont 166 avec des formes graves nécessitant une prise en charge en réanimation.
    La gravité de la situation ne doit pas faire oublier qu’à ce jour, près de 400 personnes sont sorties d’hospitalisation et retournées à domicile.
    L’infection à coronavirus bénéficie aujourd’hui de traitements symptomatiques. Cinq essais interventionnels thérapeutiques étudient actuellement la sécurité et l’efficacité de différentes molécules.
    Parmi ces essais, l’étude Discovery, dans laquelle sont d’ores et déjà engagés les deux CHU de la région, Besançon et Dijon. L’étude, qui prévoit d’inclure 800 patients en France, porte sur différentes molécules, dont l’hydroxychloroquine.
    L’ARS salue les équipes de Besançon et Dijon pleinement mobilisées dans le soin, mais aussi dans cette recherche scientifique.
    De nombreuses pistes thérapeutiques potentielles sont donc explorées, mais dont l’efficacité et l’innocuité doivent être démontrées.
    C’est pourquoi le Ministère des Solidarités et de la Santé rappelle qu’aucune n’est favorisée et
    aucun traitement spécifique n’est validé.
    L’ARS Bourgogne-Franche-Comté souligne à cet égard que les patients bénéficiant d'un traitement chronique par hydroxychloroquine éprouvent des difficultés d'accès à leur traitement alors que cette molécule n’est pas recommandée à ce jour pour le traitement du COVID-19 en ville.

    L'ANSM (agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) insiste sur l'absence de justification à sa prescription dans cette indication et demande aux pharmaciens d'officine de ne pas honorer de prescriptions autres que celles initiées par certains médecins spécialistes et figurant dans son autorisation de mise sur le marché .
  • publié le
    Pour faire face à la pénurie de matériel médical et venir en aide aux soignants, l’université de Franche-Comté se mobilise. Depuis la semaine dernière, des quantités importantes de masques, d’équipements de protection et de solutions hydro-alcooliques sont livrées dans les hôpitaux, cliniques et auprès des professionnels de santé de la région.
    Dans le cadre de ses activités pédagogiques et de recherche, l’université de Franche-Comté dispose de matériel médical. L’inventaire des stocks a permis d’identifier une réserve importante.
    À ce jour, ont été collectés et remis au CHU de Besançon, à l’hôpital Nord Franche-Comté, au CH de Vesoul, à plusieurs cliniques et professionnels de ville de la région :
    - plus de 8 000 masques (chirurgicaux, FFP1, FFP2 et FFP3),
    - 11 000 équipements de protection (combinaisons intégrales, blouses, charlottes, lunettes et sur-chaussures),
    - 75 000 paires de gants,
    - 52 litres de solution hydro-alcoolique,
    - et plus de 900 litres de matière première pour fabriquer des solutions hydro-alcooliques.

    L’université de Franche-Comté remercie l'ensemble de ses services, composantes et laboratoires de recherche pour avoir contribué à l'élan de solidarité nationale à l'égard des professionnels de santé, en première ligne dans la lutte contre le COVID-19.
    Elle témoigne également de sa reconnaissance à tous ses étudiants en santé fortement mobilisés depuis le début de la crise sanitaire (renfort au centre de régulation du SAMU - Centre 15, membre de la réserve sanitaire…).

    Par ailleurs, l’université de Franche-Comté participe à l’effort national en réactivant sa recherche sur les coronavirus par le biais du laboratoire EPILAB (Épigénétique des infections virales et des maladies inflammatoires) de l’UFR Sciences de la santé. Cette unité de recherche qui regroupe virologues et bactériologistes, travaille entre autres sur cette grande famille de virus qui provoquent des maladies allant du simple rhume à des maladies plus graves telles que le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV).


  • publié le
    Depuis l’apparition des premiers cas de coronavirus, les arnaques de la part de sociétés et d’individus malveillants se multiplient.
    La préfecture de Saône-et-Loire rappelle ces éléments importants :

    • Les attestations de déplacement sont faites soit sur l’honneur, soit par l’employeur. Elles sont gratuites et disponibles sur le site Internet des services de l’État: www.saone-et-loire.gouv.fr.
    Les sites qui proposent de vous délivrer des attestations de déplacement contre rémunération sont des arnaques.
    Attention également aux sites proposant d’éditer une version numérique de cette attestation : vous êtes susceptibles de fournir des données personnelles particulièrement sensibles.Seules les attestations officielles imprimées ou recopiées sur papier libre sont valables;

    • À ce jour, aucun vaccin, aliment ou purificateur d’air ... ne protège, ni ne guérit du coronavirus.Toute présentation de produits (alimentaires ou non) affirmant protéger ou guérir du coronavirus relève de la pratique commerciale trompeuse.

    • Les dépistages du Coronavirus sont effectués uniquement par les autorités sanitaires pour confirmer un diagnostic. Toute société ou individu proposant un dépistage n’est pas compétent en la matière.

    • Des sites internet frauduleux cherchent à vendre des médicaments alléguant une efficacité contre le virus ou des médicaments destinés au traitement d’autres maladies (VIH, paludisme...),médicaments qui font l’objet de recherches dans le cadre de la lutte contre le virus. La vente de ces derniers n’est possible que sur prescription médicale et en pharmacie. Acquérir ces médicaments en ligne est illégal et peut vous exposer à des risques graves pour votre santé (effets indésirables, voire faux médicaments)

    .• La vente en ligne de paracétamol a été suspendue. Les annonces sur Internet proposant ce médicament sont donc frauduleuses.

    • La décontamination des logements privés n’est pas prévue à ce jour par les services de l’État. Les personnes prétextant une décontamination obligatoire n’y sont pas habilitées et cherchent à s’introduire à votre domicile frauduleusement.

    • Profitant de l’élan de solidarité d’aide aux personnels soignants organisé par des plateformes d’appel aux dons ou des cagnottes, certains individus exercent de manière illégale,l’activité d’intermédiaire en financement participatif. Assurez-vous de l’identité du professionnel et de la destination de vos dons avant d’effectuer un transfert d’argent.
  • publié le
    COVID-19 est responsable de 102 décès en établissements de santé en Bourgogne-Franche-Comté. Près de 340 personnes sont sorties d’hospitalisation et retournées à domicile. Les établissements médico-sociaux, et spécialement les EHPAD, font l’objet d’une attention particulière. Si l’organisation de la réponse sanitaire, l’état des capacités hospitalières et notamment en réanimation, font l’objet d’un suivi en temps réel de l’Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté (591 personnes hospitalisées ce jour, dont 149 dans les services de réanimation), une attention toute particulière est portée aux établissements médico-sociaux en raison de la vulnérabilité du public qui y est accueilli, personnes âgées ou en situation de handicap. Les différents services de l’Agence assurent notamment ce suivi et cet accompagnement auprès des quelque 400 EHPAD de la région.
    A ce stade, environ 80 établissements, de tous les départements à l’exception de la Nièvre (faiblement touchée par l’épidémie à ce stade), ont signalé des difficultés en lien avec la gestion du COVID-19.

    Toutes les décisions concernant la prise en charge des résidents sont des décisions médicales prises à l’issue de discussions collégiales avec les équipes hospitalières.
    L’Agence Régionale de Santé met en œuvre plusieurs types d’actions, en mobilisant le réseau de partenaires qui interviennent sur le terrain et apportent leur expertise aux professionnels des établissements : l’HAD (hospitalisation à domicile), le CPIAS (centre d’appui pour la prévention des affections liées aux soins), les équipes mobiles d’hygiène hospitalière, de gériatrie et de soins palliatifs.
    L’ARS Bourgogne-Franche-Comté salue le travail remarquable des professionnels de ces établissements, pleinement mobilisés auprès des résidents et de leurs familles, et regrette que cet investissement soit occulté au profit de la quête frénétique et intrusive d’un décompte de malades ou de décès.
  • publié le
    Le confinement et les gestes barrières restent fondamentaux pour faire reculer l’épidémiede COVID-19.
    Avec 86 décès en établissements de santé à déplorer désormais en Bourgogne-Franche- Comté, plus de 120 patients en réanimation et de 480 personnes hospitalisées, l’épidémie COVID-19 nous oblige à un respect strict des consignes de confinement et de l’interdiction des déplacements.
    L’ARS Bourgogne-Franche-Comté rappelle que les déplacements dérogatoires autorisés pour raison de santé, à condition d’être muni d'une attestation, sont limités aux consultations et aux soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés.

    Dans la région, plus de 2 000 web téléconsultations ont d’ores et déjà été assurées (800 pour la seule journée du 23 mars) par 200 médecins généralistes de la région qui ont à ce jour mis en place la solution de e-santé proposée par l’ARS et ses partenaires.

    Une première livraison de plus de 750 000 masques de protection pour les soignants a été
    opérée dès la fin de la semaine dernière au profit des établissements de santé et des
    établissements médico-sociaux de la région.
    Concernant les établissements médico-sociaux (pour personnes âgées et personnes en situation de handicap adultes et enfants), la distribution de ces masques organisée sous la conduite de l’Agence Régionale de Santé sera terminée cette fin de journée en des points de livraisons mis en place par département.
    S’agissant des professionnels de santé de ville et des services de soins à domicile, la distribution repose sur les officines, particulièrement impliquées dans la gestion de cette crise.

    L’ARS Bourgogne-Franche-Comté tient à remercier également les entreprises, établissements scolaires, institutions, collectivités, médias …qui se mobilisent dans un élan solidaire et ont effectué des dons en nombre, de masques et autres équipements de protection, à destination des professionnels de santé.
    L’ARS assure la répartition régionale de ces dons avec le soutien logistique des préfectures dans chaque département.

    Tout particulier qui dispose de masques est également invité à les mettre à la disposition des soignants, en les déposant à l’établissement de santé ou médico-social le plus proche, à un médecin ou un infirmier libéral ou bien encore dans une officine de pharmacie.

    Protéger les soignants est la priorité.
    Protéger les soignants, c’est protéger les malades, et sauver des vies.

  • publié le
    En application des décisions annoncées lundi 23 mars 2020 par le Premier Ministre Édouard Philippe, la Ville de Lons le Saunier a décidé de fermer le Parc des Bains Édouard-Guénon ainsi que toutes les aires de jeux de la Ville.
    La Ville suspend de tous ses marchés jusqu’à nouvel ordre
    Ces dispositions nouvelles s’appliquent dès aujourd’hui.

    Pour le parc et les aires de jeux, des panneaux seront installés aux entrées rappelant à tous qu'il s'agit là de l'application de directives nationales (Décret du 23 mars 2020).
    La ville appelle à la compréhension et au civisme de tous tandis qu'elle s'efforce de s'adapter chaque jour en fonction des décisions prises par le Gouvernement, de ses missions, des nécessités et besoins locaux.
    Les services de la Ville, d’ECLA et du CCAS se sont adaptés dès le premier jour de confinement pour maintenir un fonctionnement répondant à leurs missions primordiales et à la continuité du service public, notamment pour faire face aux urgences techniques et sociales.

    Pour toute question non médicale et tout problème concernant la Ville, l’Agglomération ou l'urgence sociale, un numéro est à disposition du public : 03 84 47 29 16 (7j/7 avec un dispositif particulier pour le week-end).

    Chacun peut également écrire :
    - Pour la Ville et le CCAS : contact@lonslesaunier.fr
    - Pour l'Agglomération : contact@ecla-jura.fr
    Pour toutes les questions d'ordre général, liées au coronavirus, il existe un Numéro Vert National,
    le 0 800 130 000

    Pour s'informer au jour le jour, les deux sites lonslesaunier.fr et ecla-jura.fr proposent une page qui résume l'essentiel avec toutes les mesures déjà prises localement.
    Elles sont actualisées à chaque nouvelle disposition.
    Les deux pages Facebook Ville de Lons-le-Saunier et ECLA Lons Agglo diffusent régulièrement les dernières
    informations.
  • publié le
    Conformément aux instructions du Premier Ministre, François Rebsamen, maire de Dijon, a décidé de fermer les marchés de Fontaine d’Ouche et du Port du Canal. Les habitants disposent en effet de magasins d’alimentation à proximité immédiate et peuvent ainsi s’approvisionner.

    En accord avec le Préfet et en cohérence avec les dispositions nationales, sous réserve d’évolution, le marché des Halles reste ouvert pour répondre à la nécessité d’approvisionnement de la population. Elle ne dispose pas en effet, dans un rayon acceptable, de suffisamment de magasins alimentaires au regard de la densité des habitants. L’entrée se fera en un seul point, au nord, et la sortie impérativement au sud. Des agents de sécurité sont sur place pour faire respecter les consignes et les gestes barrières.

    Le marché des Grésilles reste pour l’instant ouvert ce jeudi matin (26 mars). La police municipale sera présente pour vérifier la bonne application des gestes barrières. Si les consignes ne sont pas strictement respectées, le marché sera fermé.


  • publié le
    Le Centre Hospitalier Spécialisé de Sevrey a mis en place une unité de soutien psychologique adressée aux Chalonnaises et aux Chalonnais spécifiquement, mais également à tous les habitants de Saône-et-Loire.

    7 jours sur 7, de 8h à 18h, les opératrices et les opérateurs seront présents pour répondre à toutes vos questions et vous aiguiller vers les bons interlocuteurs en fonction de vos demandes et de vos interrogations.

    En cas de questions ou d'appréhension face au Covid-19, appelez-le: 0800 071 000 .
    Il s'agit d'un Numéro vert – Service et appel gratuits
  • publié le
    La mairie de Morez,dans le Haut-Jura lance un appel à ses habitants.
    Si vous avez connaissance de voisins, amis, personnes isolées ou en difficulté en cette période troublée, faites le savoir aux élus et agents actuellement mobilisés, en appelant la mairie au 03 84 33 10 11, du mardi au vendredi ou contactez directement par téléphone les élus que vous connaissez.

    La mairie remercie la population qui semble respecter les mesures de confinement pour la santé de tous. Civisme et solidarité prennent tout leur sens dans ces moments.

  • publié le
    Afin de protéger la santé des postiers, La Poste se recentre sur ses missions
    essentielles au service de la population tout en adaptant son organisation.
    Les mesures suivantes seront mises en place progressivement.
    Concernant, la distribution du courrier et des colis et des services
    - Le temps de travail de chaque agent courrier/colis sera progressivement
    réduit sans impact sur la rémunération. L’organisation se fera sur la base
    de quatre jours travaillés cette semaine puis de trois jours de travail par
    semaine à partir du lundi 30 mars, pour à la fois respecter les
    recommandations de la médecine du travail et maintenir l’organisation des
    tournées.
    - Les prises de services décalées des équipes mises en place la semaine
    dernière seront maintenues pour réduire le nombre de personnes
    présentes simultanément, selon le principe de ne jamais avoir plus de 50 %
    des effectifs habituels présents en même temps sur un site.

    Le passage quotidien pour les services de proximité est maintenu : portage de
    repas aux seniors, le portage de médicaments, portage de produits sanitaires
    nécessaires aux personnels soignants, services de lien social (Veillez Sur Mes Parents, Cohésio, Ardoiz…),. Ces services seront assurés par des agents dédiés, travaillant également à temps partiel sur leur cycle de travail.

    La distribution du courrier, des colis et des petites marchandises sera assurée, La Poste demande néanmoins à ses clients de concentrer leurs commandes et leurs envois sur ce qui leur est strictement nécessaire.

    L’organisation de chaque bureau de poste est adaptée localement avec par exemple des systèmes de rotation des équipes 1 jour sur 2. Les chargés de clientèle voient ainsi leur temps de travail réduit.
    Ce temps partiel se fera sans impact sur leur rémunération.
    Le strict respect des mesures barrières et des conditions nécessaires à la
    protection des chargés de clientèle et des clients conditionne chaque jour
    l’ouverture effective de chacun des 1 600 bureaux.

    Dans les bureaux de poste, les services essentiels suivants seront priorisés :
    - Le retrait d’espèces au guichet et aux automates
    - Le dépôt d’espèces sur automates
    - Les dépôts de chèque sur automates et urnes.
    - La remise de fonds commandés par la DGFIP

    Lorsque cela est possible, ce socle est étendu, bureau par bureau aux services
    suivants :
    - Instances courrier (Lettres Recommandées), Colis et Chronopost
    - Affranchissement des lettres sur automates
    - Affranchissement et dépôt de colis et Chronopost
    - Paiement des factures Eficash
    - Dépôt d’espèces au guichet
    - Emission & paiement Western Union et mandats internationaux
    - Dépôt d’espèces et de chèques au guichet pour les Professionnels
    - Vente de kits prépayés La Poste Mobile

    Enfin, La Poste rappelle que les déplacements en bureaux ne doivent être faits
    que s’ils sont strictement nécessaires. De nombreuses opérations peuvent être
    faites à distance, les clients peuvent être accompagnés par téléphone ou via
    les sites et applications numériques de La Poste et de La Banque Postale.

  • publié le
    Les efforts de tous les acteurs du soin pour faire face à l’épidémie sont sans relâche. Les cartes de la coopération et de l’innovation constituent des atouts encourageants.
    Le COVID-19 est responsable de 62 décès en établissements de santé enregistrés dans la région hier, lundi 23 mars, alors que plus de 410 patients sont hospitalisés, dont 115 en réanimation.
    Ce sont 15 malades graves de plus que dimanche, d’où les enjeux de la coopération engagée activement à l’échelle de chaque groupement hospitalier de territoire (GHT), entre cliniques et hôpitaux qui se prêtent main forte dans l’objectif de mutualiser les compétences et les moyens matériels pour maximiser les capacités de prise en charge.
    A l’heure où le virus circule activement dans l’ensemble des territoires de la région, à l’exception de la Nièvre où l’évolution de l’épidémie est moins rapide, la médecine de ville se mobilise également pleinement.

    La médecine de ville relève en particulier assez massivement le défi de la web téléconsultation puisque depuis le 19 mars et le lancement du dispositif, plus de 850 médecins se sont d’ores et déjà portés volontaires pour proposer à leurs patients cette modalité de prise en charge.
    Plus de 1 200 téléconsultations ont été assurées entre jeudi dernier et dimanche dernier, dont 500 rien que pour le week-end.
    Concrètement, l’outil (plateforme TELMI), offre au patient la possibilité de consulter via un smartphone, une tablette ou un ordinateur, sans installation particulière ni chez lui ni chez le médecin, le seul pré-requis étant la création par le médecin d’un compte nominatif. Le patient quant à lui doit juste contacter son médecin au préalable par téléphone.
    L’ARS Bourgogne-Franche-Comté souligne par ailleurs que la distribution des masques aux professionnels de santé est en cours, l’ensemble des acteurs de cette chaîne logistique travaillant pour optimiser cette répartition, la protection des soignants impliqués dans la prise en charge des patients demeurant la priorité.
    Le rôle de chacun est crucial dans la course de fond engagée contre le COVID-19.
  • publié le
    En application de l'article 1er du décret du 16 mars 2020 portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19, l’exercice de la chasse et de la pêche est interdit dans le département de Saône-et-Loire.
    Toute action de chasse (tir, courre) ou de destruction d’espèces (tir, piégeage, déterrage), qu’elle soit collective ou individuelle, est interdite. Toutes les autorisations individuelles de destruction délivrées à ce jour sont suspendues.
    Toute activité de pêche de loisir est également interdite. Cette mesure concerne la pêche amateur aux lignes comme la pêche amateur aux engins et aux filets.
    Le préfet en appelle au civisme et à la responsabilité de tous pour freiner, de manière collective et solidaire, la propagation du Covid-19.
  • publié le
    Pour faire face, collectivement, à la crise sanitaire du COVID-19, le président de la République a appelé les Français à « inventer de nouvelles solidarités ». Chaque soir, à 20h, en applaudissant à leurs fenêtres, les Françaises et les Français témoignent leur reconnaissance aux soignants qui s’engagent sans compter face à l’épidémie.
    Pour que chacun puisse prendre sa part de cette mobilisation générale des solidarités, le Gouvernement lance la Réserve civique-Covid 19 jeveuxaider.gouv.fr.
    Afin de permettre à tous ceux qui le peuvent et qui le souhaitent de s’engager et de donner de leur temps, pour que les plus démunis et les plus vulnérables ne soient pas les premières victimes de cette crise.
    Avec la crise sanitaire et le confinement, les associations, qui reposent en temps normal sur une ressource bénévole bien souvent âgée, peinent à poursuivre leur activité. Toutes souffrent d’une pénurie de forces vives, car un tiers – voire la moitié – de leurs bénévoles sont âgés de plus de 70 ans, donc confinés.
    C’est pour garantir la continuité des activités vitales pour les plus précaires que cette plateforme a été construite, en lien avec les plus grands réseaux associatifs et les plateformes associatives déjà existantes.
    Elle permet aux structures (associations, CCAS, MDPH, collectivités, opérateurs publics, etc.) de faire état de leurs besoins de renforts autour de 4 missions vitales :
    1. aide alimentaire et d’urgence ;
    2. garde exceptionnelle d’enfants de soignants ou d’une structure de l’Aide Sociale à l’Enfance ;
    3. lien (téléphonique, visio, mail, etc.) avec les personnes fragiles isolées : personnes âgées, malades ou en situation de handicap ;
    4. solidarité de proximité : courses de produits essentiels pour les voisins (fragiles, isolés, handicapés).
    La centralisation de ces missions essentielles sur le site jeveuxaider.gouv.fr garantit leur visibilité, et donc le fait qu’aucun territoire ne soit oublié.
    Le caractère exceptionnel de la crise sanitaire que traverse notre pays appelle un engagement exceptionnel de chacun d’entre nous.

  • publié le
    Les établissements hospitaliers font face à une augmentation rapide des hospitalisations en déployant des capacités supplémentaires.
    L’épidémie poursuit sa progression dans notre région, avec 359 patients hospitalisés en date d'hier (22 mars), dont 100 sont placés en réanimation, et on déplore 51 décès au total. Le département de l’Yonne passe en situation épidémique.
    La montée en puissance des établissements de santé publics et privés en matière de capacité d’hospitalisation et en particulier de réanimation se poursuit. Grâce à leur préparation et à leur anticipation les 359 patients désormais hospitalisés, dont 100 sont placés en réanimation, sont accueillis sans saturation des capacités.

    Au cours de la semaine à venir, l’objectif de 300 places de réanimation dédiées à la prise en charge des patients atteints du Covid-19 devrait être atteint, en prévision de l’augmentation du nombre de malades graves attendue dans les prochains jours.
    Le département de l’Yonne rejoint les 6 autres départements de la région déjà identifiés comme des territoires où le virus circule activement.
    Seule la Nièvre reste à ce jour en deçà des seuils épidémiques déterminés par Santé Publique France.


  • publié le
    Selon l’Agence régionale de santé, hier, dimanche 22 mars, 69 personnes étaient hospitalisées dans les Centres hospitaliers de Mâcon et de Chalon-sur-Saône, dont 7 en réanimation.
    Quatre personnes sont décédées. Quinze personnes sont décédées depuis le 12 mars en milieu hospitalier des suites du Coronavirus-Covid19 en Saône-et-Loire.
    Depuis le début de l’épidémie, 243 personnes ont été testées positives au Coronavirus-Covid19.
    Les tests sont réalisés par les centres hospitaliers de Mâcon, Chalon-sur-Saône, le Creusot, Montceau-les-Mines et Paray-le-Monial. Ce nombre représente seulement une partie des malades atteints. Les tests de dépistage du Coronavirus-Covid19 sont prioritairement réservés aux patients hospitalisés, personnes à risques, personnels soignants et premiers patients d’un regroupement de personnes vulnérables.
    Les personnes testées positives au Coronavirus-Covid19 dont l’état de santé ne nécessite pas de soins hospitaliers sont suivies à domicile. Certaines des personnes diagnostiquées par les médecins de ville peuvent également être suivies à domicile.
    Ces chiffres ne tiennent pas non plus compte des malades originaires de Saône-et-Loire qui pourraient être soignés à Lyon, Dijon, Roanne ou Nevers notamment. Ils donnent néanmoins la mesure de la gravité de la situation.
    Pour la journée du 22 mars, 90 nouvelles contraventions ont été dressées par les policiers et les gendarmes pour non-respect des mesures de restriction des déplacements, ce qui porte à 740 le nombre de contraventions établies depuis le 17 mars en Saône-et-Loire.

    Informez-vous sur le coronavirus- Covid 19 à travers les sources et sites officiels :
    – www.gouvernement.fr/info-coronavirus
    – plateforme téléphonique d’information nationale gratuite, 24 h sur 24, 7 jours sur 7 : 0 800 130 000.
    – ARS Bourgogne-Franche-Comté : https://www.bourgogne-franche-comte.ars.sante.fr/, Twitter et Facebook
    @arsbfc
    - services de l'Etat de Saône-et-Loire : http://www.saone-et-loire.gouv.fr/, Twitter et Facebook @Prefet71

  • publié le
    Le Gouvernement a décidé, mercredi 18 mars, de la prolongation des droits à l’allocation chômage pour les demandeurs d’emploi arrivant en fin de droit dans le courant du mois de mars, afin d’éviter à ces personnes de subir une perte de revenu, la période de confinement actuelle ne leur permettant pas d’avoir des perspectives de retrouver rapidement une activité professionnelle.

    Cette mesure s’appliquera :
    - A l’ensemble des demandeurs d’emploi qui reçoivent l’allocation chômage et qui arrivent en fin de droit au cours du mois de mars, qu’ils soient saisonniers, intérimaires ou intermittents du spectacle ; pour ces derniers, cela se traduira par un report de la « date anniversaire » à la fin de la période de confinement ;
    - Aux demandeurs d’emploi qui n’auraient plus aucun droit ouvert et à ceux qui auraient éventuellement retravaillé durant la période d’indemnisation, et qui pourraient donc rallonger la durée de leur droit à l’allocation chômage ; le rechargement sera réalisé à l’issue de la période de confinement ;
    - Aux bénéficiaires de l’Allocation de solidarité spécifique (ASS) dont le renouvellement intervient en mars ; le renouvellement des droits sera étudié à la sortie de la période de confinement.

    Le versement de l’allocation chômage sera prolongé jusqu’à la fin de cette période de confinement. Cette indemnisation supplémentaire ne viendra pas réduire les éventuels droits à venir.

    L’allongement se fera de manière automatique de la part de Pôle emploi et sera effectif pour les paiements intervenant à compter de début avril. Néanmoins, comme chaque mois, les demandeurs d’emploi devront s’actualiser.

    L’information concernant l’allongement sera largement diffusée, directement aux intéressés et via le site www.pole-emploi.fr.

    Par ailleurs, Pôle emploi rappelle que Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a annoncé, lundi 16 mars, la suspension de l’application des nouvelles règles de calcul de l’allocation chômage. Ces mesures ont été reportées au 1er septembre 2020.
  • publié le
    Dans notre région, le secteur hospitalier, qui accueille ce jour 192 patients dont 60 en réanimation, poursuit sa préparation pour prendre en charge de plus en plus de cas graves dans une logique de solidarité entre établissements, hôpitaux et cliniques, publics et privés.
    Près de 180 lits de réanimation supplémentaires ont d’ores et déjà été armés à l’échelle de la région, en prévision de l’augmentation du nombre de malades graves attendue dans les prochains jours.
    Vingt-trois décès sont désormais à déplorer et la mobilisation du système de santé de Bourgogne-Franche-Comté est totale, tant des équipes hospitalières que chez les professionnels de santé du premier recours.

    Une plateforme de télémédecine est déployée depuis hier et accessible gratuitement à tous les médecins, pour réaliser des téléconsultations
    web au domicile des patients.
    Ainsi, l’objectif est de réduire les contacts physiques entre les
    professionnels et les patients susceptibles d’être porteurs du virus, à partir du moment où un examen médical ne sera pas nécessaire.
    Près de 600 médecins de la région se sont d’ores et déjà portés volontaires.

    Concrètement, l’outil (plateforme TELMI) offre au patient la possibilité de consulter via un smartphone, une tablette ou un ordinateur, sans installation particulière ni chez lui ni chez le médecin, le seul pré-requis étant la création d’un compte nominatif pour le médecin.
    La téléconsultation est facturée au même tarif qu’une consultation classique et l’Assurance maladie a d’ores et déjà annoncé sa prise en charge à 100 %.


  • publié le
    En cette période de confinement, le club de foot dijonnais s'est donnée pour mission de rendre vos journées, et surtout celles de vos enfants, un peu moins longues en lançant sur son site et les réseaux sociaux la #RécréduDFCO.

    Après un concours de dessin, toujours en cours, la #RécréduDFCO propose une activité géographie en mode Ligue 1 Conforama !
    Les enfants, avec l'aide ou non de leurs parents doivent découpez et placer correctement chaque logo des 20 clubs de Ligue 1 sur la carte.
    Ils peuvent envoyer leurs productions sur les comptes officiels Facebook et Twitter du DFCO !
    D'autres activités seront proposées régulièrement sur le site du club: www.dfco.fr


  • publié le
    Afin de pouvoir assurer la continuité de l’activité des associations caritatives de notre territoire, la Ville de Chalon-sur-Saône a décidé de créer une réserve bénévoles.
    Cette réserve a pour objet, en cas de nécessité, de faire appel aux bonnes volontés pour remplacer les bénévoles empêchés d’exercer leurs missions.
    Les missions proposées seront essentiellement des fonctions liées à la logistique, la manutention ou bien encore le transport.
    Les Chalonnaises et les Chalonnais qui souhaitent se porter volontaires, sont appelés à se faire connaître :
    - par téléphone : 03 85 90 01 90
    - par mail : reserve.benevoles@chalonsursaone.fr

    Plus que jamais dans cette période difficile, la solidarité à l’égard des plus faibles et des plus fragiles d’entre nous, doit constituer une priorité.
  • publié le
    A Gevingey, des habitants ont lancé une initiative de solidarité pour éviter l'isolement et la solitude en cette période de confinement.
    Ils ont imprimé des attestations de déplacement dérogatoire pour les personnes du village n'ayant pas d'imprimante.

    Ils proposent également un relais d’informations et d’aide via un numéro vert gratuit: 0805 38 60 70
    Il vous sera utile si avez envie ou besoin d’échanger sur les actualités internationales, si vous avez besoin de parler, besoin d'un soutien moral, envie de maintenir un lien avec votre village, réduire votre anxiété voire rire un peu.
    Ce numéro est ouvert aux habitants de Gevingey, tous les jours du lundi au dimanche de 08h à 14h et de 17h à 20h30.

  • publié le
    Dix nouveaux décès sont à déplorer dans la région depuis mardi, ce qui porte à 20 le nombre de victimes du COVID-19 en Bourgogne-France-Comté.
    A ce stade, 170 personnes sont hospitalisées, dont 43 en réanimation.

    Face à l’augmentation des cas graves, les hôpitaux continuent à anticiper et à se préparer en armant de nouveaux lits, l’objectif étant de disposer de 300 lits de réanimation supplémentaires en Bourgogne-Franche-Comté, pour prendre en charge les malades du COVID-19.
    La meilleure façon de contribuer à l’effort des soignants repose sur la mobilisation individuelle de chacun pour lutter collectivement contre la propagation du virus en respectant le dispositif de confinement mis en place.

    Chacun doit adapter ses comportements. En cas de symptômes évocateurs de COVID-19 (toux,fièvre) : il faut rester à domicile, éviter les contacts, appeler son médecin traitant qui peut désormais proposer une téléconsultation.

    L’Agence Régionale de Santé et le GRADeS Bourgogne-Franche-Comté (Groupement régional d’appui au développement de la e-santé.), en partenariat avec l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) médecins, ont déployé une plateforme de télémédecine accessible gratuitement à tous les médecins, pour réaliser des téléconsultations au domicile des patients.
    600 médecins se sont d’ores et déjà portés volontaires.

  • publié le
    Pour être en conformité avec les mesures sanitaires ordonnées par le Gouvernement, les marchés alimentaires du vendredi et du dimanche du Centre-Ville sont transférés sur le boulevard de la République.

    Les autres marchés de la commune sont maintenus à leur emplacement habituel et sont réorganisés pour assurer la sécurité sanitaire des exposants et de leurs clients.

    Pour tout renseignement, vous pouvez contacter le numéro vert :
    0 800 07 11 00 (appel gratuit)
  • publié le
    A Chalon-sur-Saône, des personnes se présentent de la part de la Mairie au domicile des Chalonnais pour proposer, moyennant finances, différents services et notamment de la désinfection de locaux.
    Bien entendu, il s’agit de tentatives d’escroquerie : en aucun cas la Ville de Chalon-sur-Saône n’envoie de démarchage à domicile, et encore moins à titre onéreux.
    En cas de doute et pour tout renseignement,
    merci de contacter le numéro vert :
    0 800 07 11 00 (appel gratuit)

  • publié le
    Dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, la collecte de sang doit absolument se poursuivre pour répondre aux besoins des patients pour lesquels les transfusions sont vitales.
    Ainsi, l’EFS (Etablissement Français du Sang) continue d’accueillir en collecte les donneurs, sauf ceux qui présentent des symptômes grippaux.
    Les citoyens sont autorisés à se déplacer pour aller donner leur sang sur les sites de collecte, sous réserve qu’ils remplissent l’attestation officielle ou une déclaration sur l’honneur indiquant aller donner leur sang, au motif de l’assistance aux personnes vulnérables.
    La collecte de sang ne peut être interrompue durant la période de confinement : les réserves actuelles en globules rouges sont de moins de 15 jours et en plaquettes de moins de 3 jours. Les globules rouges se conservent au maximum 42 jours et les plaquettes 7 jours.

    Toutes les mesures de précaution sont mises en oeuvre sur toutes les collectes pour éviter les risques de transmission du virus.

    Pour savoir où et quand donner : dondesang.efs.sante.fr ou sur l’application « Don de sang ».
    Pour les citoyens habitants dans les villes de Besançon, Dijon, Auxerre, Sens, Chalon, Mâcon et Belfort, nous vous invitons à consulter le site https://mon-rdv-dondesang.efs.sante.fr afin de vérifier les jours et horaires d’ouverture et prendre RDV dès maintenant pour un don.
  • publié le
    Le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et l’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalité appellent à la mobilisation des communes pour organiser l’accueil des enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire.
    Conformément aux annonces du président de la République, dans le contexte de lutte contre la propagation du virus COVID19, le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Jean-Michel BLANQUER, et le président de l’Association des maires de France et des présidents d'intercommunalité, François BAROIN, se sont concertés sur la mise en oeuvre du service exceptionnel d’accueil pour les enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire.
    Cet accueil est assuré dans les lieux de scolarisation habituels des enfants par des personnels volontaires du ministère de l’éducation nationale, avec l'appui ponctuel du personnel des collectivités locales.
    Les enfants sont accueillis par groupes de 10 élèves, dans le respect des gestes barrières.
    L’AMF se mobilise aux côtés du ministère afin d’appeler les communes et intercommunalités compétentes à étendre cet accueil sur les temps périscolaire et extrascolaire grâce aux personnels volontaires des collectivités territoriales, selon les besoins identifiés et les moyens disponibles localement.
    Dans ce contexte de crise sanitaire, le ministère et les communes doivent unir leurs efforts pour permettre à ce dispositif exceptionnel et inédit de fonctionner. Il s'inscrit dans l'exigence de solidarité de toute la nation avec l'ensemble des personnels engagés dans la lutte contre l'épidémie.

Les chroniques

  • Info Plus Région

    lun-dim toutes les demi-heures de 5h à 23h30

    L'essentiel de l'actualité nationale et regionale en Bourgogne-Franche-Comté.
  • Météo

    lun-ven · 6h27 · 6h57 · 7h27 · 7h57 · 8h27 · 8h57 · 10h27 · 12h27 · 16h27 · 19h27

    sam-dim · 6h02 · 7h02 · 8h02 · 9h02

  • Info trafic

    lun-ven · pas de trafic cette semaine

    Restez informés de l'état du trafic routier.
  •  ▷
    Ecouter